Activités,  Montessori

6 activités apaisantes avec nos enfants

Quelles sont les activités apaisantes pouvant nous permettre de retrouver la sérénité avec nos enfants ? Car, il n’est pas rare qu’une journée avec nos enfants vire au cauchemar… On se réjouit de passer enfin une journée complète ensemble après notre semaine de travail, On imagine que l’on pourra conjuguer des activités en commun, un moment pour soi et trouver un peu de temps pour mettre de l’ordre dans la maison. Finalement, on commence par se fâcher parce les enfants se disputent ou qu’ils font des bêtises. Plus on range et plus ils dérangent et finalement notre jogging ou notre cours de yoga ne viendra pas à bout de nos contrariétés, voire de notre colère.

aspirateur-enfant-mange-biscotte

La bonne nouvelle, c’est que certaines activités vont vous permettre de conjuguer enfants apaisés et tâches ménagères ! Car, aussi étonnant que cela puisse paraître, les enfants aiment travailler et cela leur permet notamment d’apprendre à contrôler leurs muscles. Dans son ouvrage, “Education pour un monde nouveau”, Maria Montessori raconte que, dans la première “Maison des enfants”, créée en 1907 dans un quartier pauvre de Rome, les enfants développèrent leur capacité de concentration, notamment avec de simples exercices quotidiens de vie pratique.

A partir de 3 ans, l’enfant se développe en travaillant avec ses mains. Les enfants ont besoin de se servir de leurs mains. Elles vont leur permettre de développer leur personnalité et leur intelligence. 

L’enfant de cet âge est continuellement au travail ; heureux et gai tant qu’il s’occupe avec ses mains.

Enfin, l’enfant aime imiter les adultes. Alors profitons-en pour le plus grand bonheur de tous.



1. Trier et plier le linge propre

Pour beaucoup, le repassage est passé aux oubliettes et c’est même une question de survie. Par contre, il y a toujours une quantité impressionnante de linge à plier et à ranger. Alors, les plus petits pourront repérer les vêtements de papa, de maman et des enfants et les séparer en trois tas sur le sol ou sur le canapé. Ils pourront distinguer les tas visuellement avec l’aide de sacs ou de bacs différents. Ca devient un jeu de chasse au trésor et ça vous permet de plier les vêtements en même temps.

Pour les plus grands, après leur avoir montré lentement le pliage le plus simple, ils pourront plier les t-shirts, joggings, leggings des enfants. Si on commence ce “jeu” dès 2 ans et demi, c’est vraiment perçu comme une tâche intéressante et effectué avec le plus grand sérieux. Les gestes sont de plus en plus précis. Alors, évidement, ça vous prendra plus de temps que si vous le faisiez toute seule / tout seul mais largement moins de temps que si les enfants sont désœuvrés et démontent la maison en même temps… De plus, plus cet “atelier” sera fréquemment proposé et plus les enfants seront joyeux de montrer qu’ils savent faire et que l’on n’a plus besoin de répéter la consigne.

 

2. Trier les couverts sortis du lave vaisselle

Lorsque j’ai testé cette activité avec ma fille pour la première fois, elle devait avoir guère plus de 2 ans. J’ai pris le temps de sortir le panier à couverts et le Panier-a-couvertstiroir à couverts et de les mettre à sa hauteur, à savoir sur le canapé. Je me suis assiste au sol et je lui ai montré. En prenant une fourchette, je prononçais le mot “fourchette” et la posait à dans l’emplacement des fourchettes dans le tiroir à couverts. Et idem pour les couteaux, les petites cuillères et les cuillères à soupe. Elle pris le relais avec des gestes très lents et hésitants pour trouver le bon emplacement. Elle ressentais une grande joie lorsqu’elle trouvait le bon emplacement et sa joie était largement partagée. Mais surtout, après quelques fois seulement, je pouvais déposer les éléments au même endroit et la laisser le faire toute seule. Ma conclusion, c’est que le temps passé à l’accompagner dans ses débuts était incroyablement restreint en comparaison du temps gagné par la suite à chaque fois qu’il fallait vider le lave-vaisselle. Elle le faisait dans la joie, avec de plus en plus d’assurance et ajoutait des étapes comme ranger le panier vide dans le lave-vaisselle et même ramener dans la cuisine le tiroir à couverts un peu trop lourd.

 

3. Eplucher et couper les légumes

Celui-là est de loin mon favori. Il suffit de leur donner un économe à manche qu’ils pourront tenir dans leur main et de leur montrer lentement une fois.  econome-a-mancheLe degré de concentration pouvant être atteint est impressionnant. En plus, cette activité peut être réalisée avec autant de plaisir par un enfant de 2 ans et demi que par un plus grand de 5 à 10 ans. L’idéal c’est de le faire avec des carottes, des courgettes ou des concombres. Lorsque j’ai proposé cette activité à mon petit garçon pour la première fois vers ses 2 ans et demi, il a commencé par enlever toute la peau du concombre puis il a continuer, tout content de réussir cet exercice. Je ne l’ai pas interrompu et nous avons mangé les concombres sous forme de lamelles, ce qui ma foi était très cuisine moderne Winking smile

Les plus grands pourront également utiliser un couteau pour couper les bouts et faire des rondelles ou toute autre forme. Accessoirement, j’ai rencontré un artisan qui proposait des couteaux en bois pour les plus petits et le succès fut instantané – pouvoir faire comme les grands en toute sécurité.  couteau-en-bois-enfant

 

4. Ramasser les miettes

C’est également un classique qui fonctionne à tous les coups. D’ailleurs, même si vous n’y avez jamais pensé, il est fort probable que dès que vous sortiez le balai, fillette-balayeles plus jeunes vous demandent immédiatement de le leur donner, voire ils vous l’arrachent des mains pour le faire à votre place. Alors, généralement, notre réponse est NON car on sait que, loin de rassembler les miettes, l’enfant risque de les éparpiller encore plus, TANT PIS ! Essayez une fois encore de lui montrer et de matérialiser un endroit (même avec un cercle dessiné au sol avec une craie) où l’enfant doit rassembler les miettes. Il s’y appliquera aussi bien que possible et ses gestes deviendront de plus en plus précis. Certains balais peuvent être réduits à leur taille minimum. Mais vous ferez un bon investissement en achetant un balai à la taille des enfants, une pelle et une balayette.

Vous pourrez remarquer que l’enfant va passer et repasser le balai même quand il n’y aura plus aucune miette. Laissez-le sans l’interrompre. Il développe sa concentration et se construit ainsi.

 

5. Passer l’éponge

Là encore, l’enfant muni de sa petite éponge va s’employer à l’utiliser un peu partout dans la maison avec une application incroyable. Pour lui et contrairement à l’adulte, il n’est pas intéressé par la finalité, mais par l’acte lui-même de nettoyer. Et, aussi absurde que son travail puisse apparaitre à l’adulte, il est indispensable qu’il mène son activité jusqu’au bout (comme porter des objets trop lourds jusqu’à ce qu’ils soient fatigués, grimper des marches d’escalier et recommencer…)Atelier-eponge-Montessori

Par ailleurs, on peut proposer l’activité de transvaser de l’eau d’un bol à un autre à l’aide de l’éponge qui sera pressée pour vider l’eau. Le geste est répété jusqu’à ce que l’eau soit complètement transvasée. Les bols seront de préférence déposés dans un plateau.



6. Cirer les chaussures

Il existe des petits pots de cirage incolore que l’on peut utiliser avec un chiffon. Installez une protection au sol, de type papier journal, et le tour est joué. cirage-enfant-MontessoriLà encore, on lui montre une fois comment mettre un peu de cirage sur le chiffon puis sur quelle surface de la chaussure l’enfant peut étaler le cirage et enfin où poser la chaussure pour qu’elle sèche une fois le cirage posé. Il y a de grandes chances pour que vos chaussures soient toutes parfaitement cirées. C’est très gratifiant pour l’enfant qui voit immédiatement le résultat.

 



Essayez de proposer cela comme une activité et de la présenter comme on le ferait pour un atelier en installant chaque objet à une place précise à la hauteur de l’enfant et en montrant les gestes attendus lentement. Evidemment, les premières fois, il est possible que l’enfant ne s’y intéresse que quelques minutes mais ça évolue très vite. Pour que cela dure le plus longtemps possible l’astuce est de le laisser faire à sa manière sans le reprendre. Encore une fois, Maria Montessori, revient dans plusieurs de ses ouvrages sur la nécessité de ne pas intervenir lorsque l’enfant est concentré sur son travail. De même, André Stern encourage vivement à laisser les enfants jouer. Dans la section “L’enfant a toutes les qualités dont un adulte aimerait disposer” du résumé de sa conférence “Nos enfants, les gardiens de nos potentiels” on retrouve cette notion.

 

Evitons les “pas comme ça”, “c’est bien” ou “bravo”. Si vous êtes totalement présent(e) avec eux, les paroles seront inutiles, ce qui participera au calme. Et s’il vous apparait ensuite important de les féliciter, alors utilisez uniquement la description : “Tu as vidé tous les couverts. Tu as mis chaque fourchette dans le compartiment dédié aux fourchettes. Tu as mis chaque petite cuillère dans le casier des petites cuillères…Maintenant, grâce à cela, il sera facile de pouvoir prendre les couverts pour chaque repas…” Le “c’est bien” est à éviter. L’enfant sent bien que c’est une expression très générique pour ne pas vous étendre sur le sujet. Dans un article dédié à la question de féliciter ou non, nous verrons plus en détail les effets sur les enfants.


Surtout ne me croyez pas, expérimentez…


Et faites-nous part de vos expériences et des activités qui fonctionnent avec vos enfants, Nous pourrons nous enrichir mutuellement de ces partages.

 

Partager l'article
  •  
  • 2
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.