CNV,  Ecologie,  Trucs et astuces

8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants

Découvrez 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants et allongez la liste avec vos expériences…

Tous les parents de jeunes enfants savent combien l’arrivée d’un enfant rime souvent avec matériel encombrant. Bien souvent, on s’éloigne de nos aspirations écolo d’antan. Et pourtant… vous allez découvrir qu’il peut en être autrement 😉

Cet article participe à l’événement “Résolutions : comment passer une année plus écoresponsable ?” proposé par Efi du blog Maman zéro déchet. Je vous invite à visiter son blog et à lire sans plus attendre mon article préféré qui pose les bases du zéro déchet et permet à tout un chacun de se lancer. Vous trouverez des ressources pour expérimenter cette aventure et pourquoi pas adopter cette philosophie de vie..
Résolution 2021 : comment passer une année plus éco-responsable ?
Image par DarkmoonArt_de de Pixabay

1. Accoucher en maison de naissance ou à la maison

Je me souviens comme si c’était hier de ce jour si particulier. L’été indien touche à sa fin, je me couvre de ce manteau qui conserve la chaleur de mon corps. Plus que jamais, je vais sentir jour après jour cette chaleur grandir. Le test est positif. En mon sein la vie s’éveille…

Cette vie à peine naissante me donne déjà des ailes. Je ressens toute la puissance et l’intelligence de ce corps qui se passe à merveille du mental… Je me sens libre, guidée par une force qui invite à la confiance. Cette liberté, je veux en disposer pour le grand jour. Je veux accueillir mon bébé en ayant la liberté de porter mes propres vêtements ou d’être nue, de m’abandonner dans un grand bain d’eau chaude, d’adopter des positions physiologiques qui faciliteront le travail de mon bébé. Ce bébé, je veux l’accueillir dans un environnement chaleureux, je veux le protéger avec une lumière tamisée, en écoutant une musique douce…

Entourés de deux sages-femmes exceptionnelles, nous avons accueilli nos deux enfants dans la maison de naissance des Dix Lunes, un véritable nid d’amour…

Cette approche s’inscrit dans le cycle immuable de la vie et redonne confiance en la capacité innée de la femme à donner la vie. Et ce qui est formidable, c’est que c’est une expérience totalement écoresponsable ! Au-delà de la merveille d’être connectée à l’essentiel, accoucher en maison de naissance nécessite moins de personnel qu’à la maternité, pas de frais d’hospitalisation et puisque la maman n’a subit aucune anesthésie, elle est tellement en forme que toute la famille peut rentrer à la maison dans les heures qui suivent. C’est tellement plus économique, qu’en Suisse, certaines assurances santé versent une prime à la maman…

8 expériences éco-responsables avec de jeunes enfants : accoucher en maison de naissance.
Naissance physiologique en maison de naissance

2. Utiliser des couches lavables

Parmi mes 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants, la seconde, c’est l’utilisation de couches lavables.

Avant la naissance de ma fille, je me suis posée mille questions au sujet des couches.

Les couches jetables représentent 40% des déchets ménagers d’un foyer ayant un enfant en âge de porter des couches. Ainsi, sur cette période, un enfant utilise près de 6000 couches, ce qui représente plus d’une tonne de déchets, selon le Planétoscope. Pour la France, ce sont près de 3,5 milliards de couches jetées chaque année, ce qui représente 351.000 tonnes de déchets pour un coût approximatif de traitement de 21 millions d’euros !

Et si encore ce n’était qu’un problème de quantité. Les produits polluants présents dans les couches jetables de type Pxxpers sont catastrophiques à la fois pour les parties intimes du bébé et par voie de conséquence pour la planète.

Les couches lavables ne sont pas du total zéro déchet mais on réduit considérablement notre impact. C’est donc un choix totalement écoresponsable ! Les couches lavables utilisées avec mon premier bébé ont été utilisée par le second. Encore en très bon état, elles sont allées poursuivre leur vie dans un orphelinat à Madagascar. L’orphelinat disposant de très peu de moyens ne pouvait pas acheter des couches jetables et les nourrices étaient soucieuses de protéger les enfants et leur environnement.

8 expériences éco-responsables avec de jeunes enfants : utiliser des couches lavables.
Couches Freetime de Bumgenius

3. Accompagner son enfant vers la propreté

Parmi mes 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants, la 3ème vise cette fois-ci à en finir avec les couches.

Au fil de mes expériences et de mes recherches, j’ai également découvert l’Hygiène Infantile Naturelle et cela a complètement vibré en moi. Notre bébé est totalement équipé dès la naissance pour signifier son besoin d’évacuer, que ce soit son envie de faire pipi ou caca. Même chez les nourrissons, l’envie d’uriner provoque une sorte de spasme douloureux qui les fait réagir.

Ce sont nous, les adultes, qui par méconnaissance, ne captons pas ces signaux et qui n’y répondons pas. À force, le nourrisson ne les émet  plus.

Lorsque j’ai découvert ce fonctionnement, cela m’a empli d’une grande tristesse. J’ai réalisé que c’était un peu comme si l’enfant voulait communiquer avec nous et qu’on ne lui répondait pas…

Du coup, je me suis dit que ce n’était jamais trop tard pour bien faire. Aux environs des 7 mois de mon deuxième enfant, j’ai compris qu’il était encore possible de réactiver cette connexion. Il était plus facile de l’écouter lorsqu’il émettait des bruits avant de faire caca. Je répondais systématiquement à ces signaux en le prenant dans les bras et en l’accompagnant sur le pot. Je transformais ce moment en un grand moment de tendresse. Je m’approchais de lui, je le serrais délicatement dans mes bras et je le câlinais. Je l’accompagnais avec des paroles en lui expliquant qu’il était en train de faire caca, que c’était vraiment super et en lui disant bravo. Bien souvent, on restait là un moment et on prenait le temps de lire une histoire. J’avais transformé le dernier étage de ma tour de produits de salle de bain en bibliothèque. Ce moment était donc associé pour lui à un moment très agréable.

8 expériences éco-responsables avec de jeunes enfants : accompagner son enfant vers la propreté. Cela permet une communication profonde entre le bébé et ses parents.

Petit à petit, la communication s’est clairement établie et il signifiait de plus en plus clairement son envie de faire caca. Et, petit à petit, nous avons aussi réussi à faire cela pour les pipis. J’étais vraiment connectée à lui et je sentais quand il avait besoin d’évacuer.

Je l’ai également laissé très souvent les fesses à l’air en été. Résultat, il a été propre un mois avant ses deux ans, le jour et la nuit. Et fini les couches lavables !

NB : Je tiens à préciser que je travaillais et qu’il est possible de mettre en place cette communication durant les périodes que l’on partage avec l’enfant même s’il a un mode de garde et que les autres adultes adoptent des méthodes plus classiques.

4. Allaiter son bébé

Parmi mes 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants, la 4ème est la plus naturelle : allaiter son bébé.

Voici encore une expérience “so écoresponsable” ! Allaiter, c’est écologique, économique et tellement bon pour la santé physique et émotionnelle de l’enfant et de la maman.

A toutes celles qui s’interrogent à ce sujet et qui ont besoin d’une belle énergie pour avoir confiance et mettre en place l’allaitement avec sérénité, je vous invite à visionner cette vidéo d’une vingtaine de minutes.

Se faire confiance pour réussir son allaitement

5. Se laver moins souvent

Parmi mes 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants, la 5ème peut paraître surprenante.

A sa naissance, notre sage-femme nous a conseillé de ne laver notre bébé que lorsque le bout de cordon ombilical serait tombé. Elle m’a expliqué que le nourrisson était recouvert de vernix et que c’était la meilleure protection dont il pouvait bénéficier pour protéger sa peau et son corps. Après 4 jours seulement, le cordon qui avait pu sécher facilement est tombé.

Puis, nous avons conservé cette habitude de limiter les bains ou les douches afin de préserver la protection naturelle de la peau. Les enfants n’ont pas besoin de recevoir un bain tous les jours. Une douche ou un petit bain tous les 2 à 4 jours est suffisant pour bien rincer les parties intimes et il suffit de savonner uniquement les pieds et les mains. Arrêtons de décaper la peau de nos enfants avec divers produits d’hygiène. La plupart des produits industriels sont truffés de produits chimiques dérivés du pétrole.

Et, il en va de même pour les cheveux. Les produits classiques sont abrasifs pour le cuir chevelu. J’ai découvert la méthode “No Poo” (pour “no shampoo” = pas de shampoing). L’idée de base est que notre cuir chevelu est doté d’une couche protectrice, que l’on décape littéralement lorsque l’on utilise des shampoings industriels. Alors qu’il suffit de se laver les cheveux en commençant par se brosser longuement les cheveux, puis se frotter et masser le cuir chevelu avec ses mains sous l’eau et se brosser encore les cheveux. Pour ma fille, j’utilise uniquement un démêlant bio sur les longueurs.

Résultat : alors même que les enfants fréquentaient la plus grosse crèche du canton, ils n’ont jamais eu de poux. Ouf ! Car voici les cheveux de ma princesse.

8 expériences éco-responsables avec de jeunes enfants : limiter le nombre de douches et éviter les shampoings industriels. On respecte ainsi la protection naturelle de la peau.

NB : Pour les adultes, il est recommandé de se rincer les cheveux avec le mélange suivant : un litre d’eau + une cuillère à soupe de jus de citron + une cuillère à soupe de vinaigre de cidre. Il est également possible d’ajouter sur cheveux humides une grosse noix de gel d’aloé vera + 6 gouttes d’HE de tea tree et de rincer le tout à l’eau après une heure.

6. Pour les vêtements : miser à fond sur le “déjà-porté”

Parmi mes 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants, la 6ème est adoptée de bon cœur par des milliers de familles.

En ce qui concerne les vêtements, les parents sont instinctivement écoresponsables ! Il est formidable de voir comment se créent des réseaux de parents qui se passent et se repassent les vêtements de leurs enfants. De vraies foires fouilles improvisées dans les parcs et même dans les bureaux ! Quelle merveille !

En plus, l’avantage des vêtements déjà portés, c’est qu’ils sont grandement débarrassés des produits chimiques tels que les pesticides utilisés pour la culture du coton non bio et des produits chimiques dont ils sont aspergés pour supporter le voyage de 3 semaines en bateau qui les ramène en général d’Asie du sud-est vers l’Europe ou l’Amérique du Nord.

Vous l’aurez compris, les quelques vêtements que vous aurez à acheter malgré tout pour vos enfants seront de préférence en coton bio, notamment pour les sous-vêtements.

Enfin, il est intéressant de faire appel à une fée couturière pour réparer leurs vêtements préférés ou encore de les rapiécer avec des patchs autocollants au fer à repasser. Je l’ai fait pour 3 joggings que l’on m’a donné usés au genoux et mon garçon était super content !!

8 expériences éco-responsables avec de jeunes enfants : choisir des vêtements déjà porté. C'est un geste éco-responsable qui fait la différence.
jogging seconde main rapiécé avec des patchs !

7. Apprendre aux enfants à prendre soin de leurs jouets

On peut devenir écoresponsable dès son plus jeune âge.

En effet, on peut facilement apprendre aux enfants à prendre soin de leurs jouets afin qu’ils puissent être donnés et réutilisés par d’autres enfants. J’ai même l’impression qu’ils sont plus enclin à en prendre soin quand ils savent que cela profitera à un autre enfant. Tout le monde y gagne. 

Nous avons travaillé à bien remettre en état les jouets à donner et les enfants étaient très concentrés sur cette importante mission.

8 expériences éco-responsables avec de jeunes enfants : apprendre aux enfants à prendre soin de leurs jouets. Puis les remettre en état en vue de les donner.

8. Adopter la Communication Non-Violente

Parmi mes 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants, la 8ème devrait vous surprendre.

Et oui, le geste le plus écoresponsable que j’ai expérimenté est de me lancer dans l’écologie de la relation envers soi-même et envers les autres. C’est le plus grand bien fait que l’on puisse se faire à soi, aux autres et à cette planète.

Bien entendu, tout comme l’écologie, c’est un chemin que l’on emprunte et chaque pas nous fait progresser. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire le résumé du livre “Élever ses enfants avec bienveillance” de Marshall Rosenberg ou encore l’article “dépasser les luttes de pouvoir”, basé sur un exemple issu du livre “Être parent avec son cœur” de Inbal Kashtan.

Surtout ne me croyez pas, expérimentez !!

Si ces 8 expériences écoresponsables avec de jeunes enfants vous ont plu, je vous invite à le commenter et à partager vos expériences avec vos enfants. Nous serons ainsi les uns pour les autres des sources d’inspiration intarissables…


Et à nouveau, je vous invite à visiter le blog “Maman zéro déchet” pour découvrir les conseils et astuces d’Efi pour un mode vie plus sain et heureux.

Partager l'article
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

6 commentaires

  • Elise

    Merci pour ton partage ! Je suis contente de voir que l’on parle de plus en plus de l’accouchement à la maison, et que ce soit de plus en plus possible de le faire 😊

    • Fabienne

      Merci Elise. Oui, la société moderne a dépossédé la femme de son pouvoir inné de mettre au monde et distillé la peur. Pour une grossesse normale, chaque femme peut retrouver son pouvoir et accoucher de manière physiologique. Cela se prépare avec le yoga prénatal par exemple et de merveilleuses sages-femmes accompagnent ce processus et donnent enfin sa place au papa. Il y a de nombreux films inspirants sur l’accouchement à la maison. Merci encore

  • Efi

    Merci Fabienne pour toutes ces bonnes astuces écolo ! C’est vrai que l’arrivée d’un nouvel être humain n’est pas forcément écologique, comme tu le dis, par rapport aux couches jetables, à la frénésie de l’achat, des cadeaux, des habits pour faire plaisir. Mais on peut voir qu’on peut faire différemment, mieux et avec moins.
    Perso je suis aux couches lavables depuis ses 3 mois, ensuite j’ai fait du mix pour la crèche et la nuit… Pour les fringues, j’achète tout d’occasion. Certains objets sont neufs et on les a pour pas cher ! A la fin de l’année on se retrouve avec de belles économies et on a fait un geste pour la planète 🙂
    Belle journée à toi

    • Fabienne

      Merci Efi pour cet enthousiasme. Je partage tout à fait ta vision. J’adore tes conseils minimalistes et avec ton approche, on voit bien que faire des choix éco-responsables n’enlève rien à l’esthétique.

  • Tatiana

    Très bonnes idées Fabienne! J’ai moi aussi utilisé les couches lavables pour ma deuxième fille et heureusement que j’avais eu cette idée car les quelques fois ou j’ai dû utilisé des couches jetables, elle a développé une allergie ! Et moi c’était il y a 15 ans, c’était beaucoup moins simple d’en trouver que maintenant ! Plus d’escuses 🤓!

    • Fabienne

      Merci Tatiana pour ce partage. Je n’en reviens pas de découvrir que tu te lançais déjà dans les couches lavables il y a 15 ans ! C’est sûr que ça ne devait pas être aussi évident qu’aujourd’hui. Il fallait oser, alors mille bravo. Tu as ouvert la voie. Aujourd’hui, il existe des couches lavables super pratiques et très jolies. Après avoir enlever les selles, je les mettais à la machine avec le reste du linge, comme ça pas de gaspillage d’eau non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.